Ovide métamorphosé : Les lecteurs médiévaux d’Ovide PDF

Son humiliation est deux fois celle de Daphne et de Syrinx, bien que sa beauté soit finalement restaurée et qu’elle donne naissance à l’enfant de Jupiter.


Le Moyen Âge a beaucoup lu, recopié, commenté, interprété «le poète léger des amours tendres», des Amours, de l’Art d’aimer, des Remèdes d’amour, des Héroïdes, et l’auteur majeur de cette vaste somme mythologique que sont les Métamorphoses. La réception médiévale d*Ovide constitue un large champ d’investigation que ce volume se propose d’explorer en tentant de mesurer, du XIIIe au XVe siècle, l’influence du poète latin dans les deux versants de son oeuvre : d’abord les réécritures d’un art de dire et de penser l’amour, puis la première traduction complète des Métamorphoses. L’Ovide moralisé, rédigé au début du XIVe siècle, qui instaure une confrontation constante entre la fable et la moralisation, mais aussi entre le texte et l’image.

Laurence Harf-Lancner est l’auteur d’ouvrages sur le merveilleux dans l’imaginaire médiéval (Le Monde des fées dans l’Occident médiéval), la réception de l’Antiquité au Moyen Age et de diverses éditions bilingues de textes romanesques.
Laurence Mathey-Maille a publié plusieurs études sur les textes fondateurs de la littérature arthurienne et sur l’historiographie anglo-normande (Ecritures du passé : l’Estoire des ducs de Normandie).
Michelle Szkilnik s’intéresse en particulier au roman des XIVe et XVe siècles et a récemment publié Jean de Saintré : une carrière chevaleresque au XVe siècle.

Ceci est prouvé non seulement par les passages cités plus haut, mais aussi par l’appropriation de l’épisode Arachne dans Shame. Les Princeps ne pouvaient plus prétendre devenir Censeurs ou Consuls parce que les Princeps avaient pris ce rôle et ne pouvaient plus former de politique et façonner la direction de l’empire, parce que le Princeps le faisait aussi, et le Princeps n’allait nulle part, du tout. Argus la sépare de la famille et Io devient un esclave au cœur brisé.-}