Simone Weil en quête de vérité : Texte intégral de son Autobiographie spirituelle présenté et analysé PDF

Dans un sens, c’est la forme d’expression la plus riche parce que l’instrument est à l’intérieur d’un être humain et il y a beaucoup de choses qui ne peuvent pas être falsifiées lorsque vous utilisez votre voix.


Simone Weil (1909-1943) a la rage d’écrire. Elle ne cessera, durant sa courte vie, de noircir des pages et des pages de cahiers, de s’interroger sans cesse sur tous les événements politiques et sociaux de son temps. Mais c’est dans sa lettre au père Joseph-Marie Perrin, écrite à Marseille le 15 mai 1942, qu’elle livre de façon précise l’état de son âme et ses interrogations sur les choses de la foi. Cette lettre à laquelle elle a donné elle-même le nom d' » Autobiographie spirituelle « , chacun est invité ici à la découvrir. Ce livre manifeste avec finesse la personnalité de Simone Weil son attention de l’esprit pour chercher la vérité, son tempérament passionné et engagé, sa rencontre bouleversante et si réelle du Christ et son refus de l’Eglise et du baptême. Il donne des clés pour entrer dans une lecture renouvelée de ce texte autobiographique qui prend place parmi les plus grands, alors qu’il a été écrit par une jeune femme de 33 ans, quelques mois avant sa mort.

La mesure dans laquelle cela a été négligé, dans la versification, est l’une des choses les plus inexplicables au monde. Empathie et rapport à l’autre Ce développement de soi dont ces femmes étaient préoccupées était très semblable au processus d’individuation de la psychologie jungienne. Cette construction temporelle était un avantage pour cette étude, car le lien entre le passé et le présent impliquait une réflexion sur l’événement, c’est-à-dire le phénomène de la recherche.-}