Un monde à préserver PDF

De plus, dans un monde où l’influence humaine est aussi ancienne que généralisée, il peut être utile de reconnaître que l’environnement naturel dans lequel nous vivons est moins un intrant qu’un produit de l’activité économique.


Il montre que seulement 7,7% sont actuellement protégés selon les catégories établies par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont le siège est à Gland, en Suisse. Une étude de 2010 a conclu que la perte non contrôlée des espèces effacerait 18% de la production économique mondiale d’ici 2050. N’y a-t-il pas, dans cette réflexion, de solide fondement à une croyance en la bienfaisance finale des lois de la nature organique?-}